, Tract

Immigration

Un droit fondamental : LIBERTÉ de CIRCULATION pour TOUS
ASSEZ de NÉGOCIATIONS avec Sarkozy-Besson avec le patronat
Unité des syndicats (CGT, FO, FSU...), des partis (PS, PCF, PG, NPA...), des organisations de la jeunesse POUR LA RÉGULARISATION DE TOUS LES SANS PAPIERS

Après cette défaite électorale, Sarkozy à annoncé qu’il fallait « maintenir le cap » : poursuivre l’offensive contre les salariés, contre les immigrés, contre la jeunesse…

Pour Sarkozy : « la sécurité est une priorité ».

Fichage des enfants et chasse aux sans papiers : le fichage des élève (fichier « base élève » en primaire, « sconet » au lycée) est un outil supplémentaire pour organiser la chasse aux jeunes majeurs et aux parents sans papiers. En Ile et Vilaine, en janvier, un père était interpellé par la PAF, après l’inscription de ses deux enfants dans le fichier « base élève ».

Sarkozy et Besson s’attaquent aux sans papiers grévistes, aux jeunes majeurs ; ils démembrent les familles… De même qu’ils s’attaquent à tous les acquis des salariés, à toute la jeunesse.

Les lois Sarkozy-Hortefeux-Besson : « fabriques » à sans papiers

Mais comment devient-on sans papier ?

Appuyée sur les lois Sarkozy-Hortefeux, le Code d’entrée et de séjour des étrangers et sur le droit d’asile (CESEDA), la guerre aux migrants cherche à terroriser et à mettre à disposition du patronat une main d’œuvre bon marché et docile (certains sans papiers sont payés 3 euros de l’heure). Et dans le même temps, sont crées de nouvelles opportunités pour dominer les pays du « sud » (les anciennes colonies). Telle est le contenu de la politique et des textes organisant « l’immigration choisie  ».

La liberté de circulation est un droit fondamental pour tous. Édicter des lois est une atteinte à ce droit.

D’importantes mobilisations ont lieu contre les expulsions, en soutien aux sans papiers en grève depuis octobre 2009, en soutien aux lycéens et étudiants menacés d’expulsion…souvent sur un mot d’ordre clair :

RÉGULARISATION DE TOUS LES SANS PAPIERS

Défait aux élections régionales, Sarkozy va devoir s’appuyer encore plus sur le « dialogue social ».

Assez de « concertation » avec Besson, Sarkozy et les patrons

Durant des mois, la « concertation » s’est menée entre Besson et les directions syndicales (et les associations de défense des sans papiers). Résultat : en novembre, Besson a publié une circulaire d’application des lois Hortefeux encore plus draconienne. Il a réalisé son « débat » sur « l’identité nationale ». Il va publier une réforme du CESEDA pour rendre les expulsions encore plus faciles… Récemment des négociations ont eu lieu avec les employeurs pour « aménager » les lois Hortefeux : sous couvert de « critères objectifs », il s’agit de limiter la « concurrence entre les entreprises » (sic). Et dans le même temps, rafles et expulsions se poursuivent, voir même s’accélèrent…

La défense individuelle de tous ceux qui sont menacés est une nécessité. Mais l’expérience montre qu’on ne peut aboutir en s’inscrivant dans le cadre de « l’immigration choisie ».

  • Arrêt des expulsions (fermeture de tous les centres de rétention) ; droit d’asile sans condition dans le pays de son choix ; droit de vivre en famille dans la sécurité…
  • Abrogation de la loi CESEDA, des lois Sarkozy-Hortefeux .
  • Abrogation de toutes les lois qui limitent la libre circulation (Pasqua, Chevènement…).

Pour la régularisation de tous les sans papiers, l’urgence est de combattre pour que se réalise l’unité la plus large sur ces revendications.

Cela impose de rompre immédiatement les « négociations » avec Besson-Sarkozy et le patronat.

 
 
Mis à jour le
21
août
2020