UKRAINE : Dossier

A l’occasion des évènements en cours en Ukraine, L’Insurgé vous propose une sélection d’articles parus ces dernières années.

Octobre 2015, Bulletin n°24 – Leur procès s’était ouvert le 27 juillet dernier. Quatre semaines plus tard, le 25 août, la sentence tombait : Alexandr Koltchenko, militant anti-fasciste ukrainien, et Oleg Sentsov, cinéaste ukrainien, étaient lourdement condamnés par le tribunal militaire russe de Rostov-sur-le-Don, le premier à dix ans d’enfermement et le second à vingt ans. Le combat pour leur libération, engagé depuis 2014, en Russie et en Ukraine, en France et en d’autres pays, va donc se poursuivre. (...)


Avril 2014, Bulletin n°19 – En dépit du matraquage médiatique organisé en Russie par les services de Poutine, qui exacerbe nationalisme et chauvinisme, une résistance s’est exprimée en mars-avril 2014 contre cette politique. (...)


Avril 2014, Bulletin n°19 – Quelques sites et blogs, en France notamment, se sont faits les relais d’une organisation ukrainienne nommée « Borotba » (Lutte). Cela permet de conforter le discours selon lequel il y avait menace fasciste en Ukraine. Les positions de ce groupe étaient pourtant sujettes à caution… (...)


Avril 2014, Bulletin n°19 – Si nombre d’articles consacrés à l’Ukraine n’évoquent guère la question du Parti communiste ukrainien (PKU), quelques médias valorisent l’activité de ce parti, quitte à « oublier » ce qu’a été son rôle durant les derniers mois. (...)


Avril 2014, Bulletin n°19 – Revenir sur la manière dont a jailli et s’est développée cette révolution permet d’en mesurer l’importance mais aussi d’en comprendre les limites : celle d’une révolution portée par les masses mais dans laquelle le prolétariat n’est que peu intervenu en tant qu’acteur organisé, en tant que « classe pour soi ». (...)


Communiqué du 4 mars 2014 – Le 22 février, après trois mois de mobilisation, après une répression sauvage ayant provoqué plus de 80 morts, le président Viktor Ianoukovitch s’enfuyait de Kiev pour aller demander l’aide de son protecteur russe. Aussitôt, alors que le nouveau gouvernement transitoire venait à peine d’être formé en Ukraine, Poutine organisait l’occupation militaire de la Crimée, région jusqu’alors reconnue comme ukrainienne par les accords entre Russie et Ukraine, avec le statut particulier de république autonome. En quelques heures, les rivalités inter-impérialistes devenaient brutalement conflictuelles, mettant aux prises les impérialismes dominants (états-Unis, France et Grande Bretagne, Allemagne, etc) et l’impérialisme russe (appuyé par le gouvernement chinois), les uns et les autres faisant valoir leurs intérêts, lesquels sont contradictoires à ceux du peuple ukrainien, toutes composantes (linguistiques) incluses. (...)

 
 
Mis à jour le
14
avril
2022