L'insurgé
La jeunesse est la flamme de la révolution (Karl Liebknecht)
Pour une organisation révolutionnaire
www.insurge.fr
07 mars 2016, Tract
Tract en pdf
Social

Pour le retrait pur et simple du projet de loi El Khomri


«... Frapper vite et fort, même en bousculant »

Pour justifier son projet, la ministre du Travail a déclaré le 2 mars : « contre le chômage, il faut frapper vite et fort, y compris en bousculant ».

En réalité, ce n'est pas le chômage mais le Code du travail que veut frapper Myriam El Khomri. Son projet forme un tout cohérent. La totalité doit être rejetée, y compris certains aspects tel le compte personnel d'activité-CPA (dans la suite de la loi Rebsamen).

Le Compte personnel d'activité (CPA) : la question tabou

Le CPA est officiellement « la mesure phare » du projet El Khomri. Il menace tous les travailleurs du privé et du public. Ce livret personnel informatisé accumulera tous les renseignements sur le parcours de chacun : stages et formations, compétences, etc. Jusqu'à maintenant, les droits sociaux et conditions de travail sont définis par la loi et les conventions collectives (dans le privé) ou le statut (fonctionnaires). Avec le CPA, ces droits seront rattachés à la personne et non au statut du salarié. Chacun aura « son » compte personnalisé et la concurrence entre travailleurs sera exacerbée.

Assez de précarité, de chômage et de petits boulots !

Ce sera : « chacun pour sa peau » au grand bonheur des patrons.

Ce que veulent El Khomri, Valls et Hollande, c'est ce que veut le patronat : flexibilité et précarité pour tous, sauf pour les patrons et les actionnaires.

Infliger une défaite à Valls et Hollande

C'est donc contre le projet El Khomri qu'il faut « frapper vite et fort ».

Le gouvernement et ses amis manœuvrent et cherchent à diviser les opposants.

A l'inverse, pour imposer le retrait du projet, la mobilisation doit être unie et organisée (notamment avec des assemblées générales et de délégués). Rester uni implique que l'on refuse toute discussion, tout « dialogue » cautionnant ce projet.

Valls et Hollande savent que s'ils reculent, ce sera toute leur politique qui sera menacée, et le gouvernement lui-même.

Raison de plus pour combattre jusqu'au retrait total du projet.



Mis à jour le 21 mai 2018


Pour nous contacter

Pour s'abonner