L'insurgé
La jeunesse est la flamme de la révolution (Karl Liebknecht)
Pour une organisation révolutionnaire
www.insurge.fr
septembre 2014, Bulletin n°20
article en pdf
Social

Pour infliger une défaite
au gouvernement Valls 2 et le chasser,
pour mettre en échec le chantage à la dissolution et au retour UMP- d'une majorité UMP-Front National :

Mettre fin au dialogue social et imposer, par la mobilisation, une alternative politique


Le 16 septembre, trois semaines après la formation de son second gouvernement, Manuel Valls a demandé un vote de confiance au Parlement. Bien que cela ne soit pas une exigence constitutionnelle, Valls a jugé indispensable un tel vote pour pouvoir mener sa politique.


Un gouvernement minoritaire

Et, ce jour là, Valls obtint donc l'appui demandé. Encore faut-il préciser. Depuis le printemps 2012, le gouvernement s'appuyait sur la majorité absolue que détenait à lui seul le Parti socialiste. Il avait aussi l'appui du PRG et des Verts et, à l'occasion, il pouvait compter sur le vote favorable du PCF comme ce fut le cas lors du vote de la loi réactionnaire contre l'école présentée par Peillon.

Lors du vote du 16 septembre, une fois encore, une majorité a certes voté la confiance ; 513 suffrages ont été exprimés, 269 députés votant pour, et 244 votant contre. Mais cette majorité de 12 députés n'existe que parce que l'on ne compte pas les abstentions. Or, 53 députés se sont abstenus, dont 31 députés du Parti socialiste et 17 écologistes.

La réalité, c'est donc que le gouvernement est minoritaire à l'Assemblée, alors qu'il est déjà ultra minoritaire dans le pays, et qu'une crise se développe au sein du PS.

Certes, dira-t-on, ces députés qualifiés de « frondeurs » ne sont qu'une minorité et n'ont même pas eu l'audace de voter contre. Mais il faut préciser que la soumission des députés du PS n'a été obtenue, pour nombre d'entre eux, que sous la menace d'une dissolution de l'Assemblée par le Président. Le recours à cette menace ne renforce pas le gouvernement. Il nourrit la crise du PS et pose plus que jamais la question de la Constitution et des pouvoirs accordés au Président. Comprendre comment on en est arrivé à cette situation implique de revenir rapidement sur quelques récents développements.


2012- 2012-2014 : Hollande poursuit la politique de Sarkozy

Au printemps 2012, c'est pour en finir avec Sarkozy, sa politique et sa majorité parlementaire UMP, que la majorité des électeurs, l'écrasante majorité des salariés, ont voté Hollande puis porté à l'Assemblée une majorité absolue de députés du Parti socialiste, ainsi qu'une poignée de députés de Front de Gauche. Ils n'ont pas voté pour le programme du PS et de Hollande : ils ont voté pour que cesse la politique de Sarkozy.

S'appuyant sur cette majorité du PS, avec l'appui des députés d'Europe écologie-Les Verts, Hollande a installé un gouvernement qui a tourné le dos aux aspirations des salariés. Il a maintenu les lois réactionnaires antérieures, les a approfondies : la « réforme » des retraites et celle du code du travail, en 2013, ont poursuivi les contre-réformes antérieures ; la loi Fioraso à l'Université a préservé la loi Sarkozy-Pécresse ; la loi Peillon dans l'enseignement (votée avec l'appui du PCF) a accentué la dislocation de l'école publique, etc. Et le chômage a poursuivi son ascension.


Par le vote et surtout par l'abstention, les salariés ont donc lourdement condamné cette politique lors des élections municipales du printemps 2014, puis lors des européennes avec 56% d'abstention.


Un gouvernement aux abois

Au lendemain des élections municipales, Hollande a donc changé de gouvernement en imposant comme premier ministre Valls, chef de file du courant le plus réactionnaire du PS. Or, Valls avait été écrasé lors des primaires de 2011 au sein du PS. Si Hollande a fait appel à lui, c'est parce qu'il représente l'aile liquidatrice du PS et qu'il défend - avec arrogance - les intérêts du patronat.

Prudemment, EE-les Verts choisirent de ne pas participer à ce gouvernement, lequel donna aussitôt de nouvelles satisfactions à la bourgeoisie.

Très vite, Valls s'est trouvé en difficulté. En juillet, les dirigeants des organisations syndicales (Solidaires, puis FO et CGT, et FSU) furent amenés à boycotter la conférence sociale prévue pour préparer de nouvelles attaques contre les salariés. Certes, cela n'efface pas les deux années d'intense dialogue social qui ont permis à Hollande de faire passer sans entrave majeure sa politique. Et cela ne met pas fin à tout le dialogue social. Mais si les dirigeants syndicaux ont dû prendre cette décision, c'est parce que les salariés rejettent de plus en plus la politique du gouvernement.

Et un nombre croissant d'élus du PS font aussi connaître leur opposition à cette politique.


Crise gouvernementale

La stagnation de l'économie perdurant, le patronat exige durant l'été qu'Hollande accélère les réformes. Le 20 août, Hollande annonce donc qu'il « veut accélérer les réformes ». Mais l'hostilité des salariés se réfracte dans le PS. Au gouvernement, Montebourg reprend à son compte, le 22 août, les propositions d'une partie des économistes bourgeois, qui demandent de combiner les mesures d'austérité avec un peu de relance. Trois jours après les déclarations de Montebourg, le gouvernement « démissionne » et Valls est chargé de former un second gouvernement.

Si Montebourg est débarqué, ce n'est pas tant pour le contenu de ses propositions que pour adresser un ultimatum à l'ensemble du PS et de ses élus : ils doivent se soumettre. Hamon et Filippetti sont donc également dégagés. Cela est conforme à la constitution antidémocratique de la Vè République : le Parlement est à la botte du Président, et il sera dissout s'il entend résister.


Le gouvernement Hollande-Valls 2- Macron n'a aucune légitimité

La coloration encore plus réactionnaire de ce gouvernement Valls 2 est exprimée par l'arrivée de Macron comme ministre de l'économie : ancien de chez Rothschild, cet individu souhaitait, il y a peu, que soit augmenté le temps de travail et généralisé le travail du dimanche.

Et, dès le 27 août, Valls se fait ovationner par les patrons, leur promettant une nouvelle salve de cadeaux, quitte à recourir pour cela à des ordonnances pour tordre le bras au Parlement.

Mais ce gouvernement n'a aucune légitimité. Il se dresse ouvertement contre ce qu'ont voulu les salariés aux élections de 2012. Et sa politique accentue les résistances au sein du PS... Certains élus rappellent désormais que la majorité parlementaire n'a pas été élue pour mener cette politique.

Face à cette résistance, la menace ultime de Hollande est de dissoudre l'Assemblée Nationale. Cela signifierait l'arrivée immédiate d'une large majorité UMP et Front national à l'Assemblée.

C'est ainsi que, le 16 septembre, le gouvernement de Valls a pu obtenir une majorité relative à l'Assemblée pour obtenir la confiance, sans pour autant gagner la majorité absolue.


La morgue de Macron

Cette morgue s'est s'exprimée grossièrement dès le 17 septembre lorsqu'il évoque les ouvrières des abattoirs bretons Gad, ouvrières dont « beaucoup » seraient selon lui, des « illettrées », en précisant : « Ces gens-là n'ont pas le permis de conduire », expliquant que si ces ouvrières licenciées avaient le permis, elles pourraient accepter les emplois qu'on leur propose « à 50 ou 60 kilomètres de là ». Il est vrai que les ministres n'ont quant à eux pas besoin de permis de conduire : ils ont une voiture avec chauffeur...

Briser l'arme bonapartiste de la dissolution

Il ne s'agit certes pas de s'illusionner sur les « résistances » au sein du PS, résistances au demeurant fort éclectiques. Mai qui peut accepter ce chantage que permet la Vè République : laisser en place le gouvernement Valls 2 et sa politique ou bien choisir le retour de l'UMP avec un FN renforcé ?

Ce gouvernement est fragile. Le PS, qui constitue la majorité parlementaire, est en crise. Les députés du PS avec eux du PCF, sans même compter les écologistes, disposent encore d'une écrasante majorité au Parlement. Comment ne pas organiser la mobilisation pour imposer à cette majorité, par la manifestation et la grève, qu'elle satisfasse les revendications des salariés ?

D'ores et déjà, le Parlement doit voter le projet de programmation des finances publiques (incluant le contrôle du budget de la Sécurité sociale) et le projet de budget. Ces deux seuls projets impliquent mobilisation. Sans parler de tous les autres projets réactionnaires en préparation.

À partir de là, il est possible de formuler une alternative gouvernementale : ni gouvernement de Valls ni retour d'un gouvernement de l'UMP, avec ou sans l'appui du FN, mais combattre pour que cette majorité parlementaire désigne son propre gouvernement, un gouvernement qui satisfasse les revendications des salariés, des chômeurs et des retraités, et de la jeunesse touchée en particulier par la précarité. Les députés ne le feront pas d'eux-mêmes, mais il est possible de le leur imposer.

Notons que certains font des phrases pour une VIè République... mais ne disent mot du combat immédiat pour imposer au Parlement qu'il rejette les exigences et les prérogatives de l'Exécutif. Ce serait pourtant le premier acte concret par lequel la Vè République pourrait être mise à bas.


Pour le boycott du dialogue social

De même, si l'on appelle à en finir avec cette politique, comment accepter que les dirigeants syndicaux poursuivent un seul instant leur dialogue social permanent avec ce gouvernement ?

Car ce dialogue social est plus que jamais un rempart qui protège le gouvernement, entravant toute véritable mobilisation des travailleurs.

Le boycott du dialogue social est donc une exigence immédiate si l'on prétend combattre cette politique et ce gouvernement.


Négociation, dialogue social

La politique suivie par Hollande depuis 2012 pour entraver toute mobilisation sociale a consisté à développer le dialogue social, associant les directions syndicales à la préparation de chaque loi et mesure réactionnaire. Ensuite, il importe guère que les dirigeants syndicaux signent ou non : l'essentiel est que, par ce dialogue, toute mobilisation soit étouffée, ou conduite à l'échec. On l'a bien vu à l'automne 2013 pour la nouvelle attaque contre les retraites.

Le 20 août dernier, Hollande rappelle encore : « Ma méthode, c'est la négociation (...) Laissons les partenaires sociaux avancer. S'ils aboutissent à un accord, il sera transposé dans la loi, comme nous l'avons fait pour le marché du travail et la formation professionnelle. Si ce n'est pas le cas, le gouvernement saisira le Parlement ».

Peut-on être plus clair ? Que les dirigeants syndicaux acceptent ou résistent, le Parlement recevra de Hollande l'ordre de voter... ce qu'exigent les patrons.

On voit bien là le rôle de ce dialogue social, qu'il faut combattre. Mais on mesure aussi combien il est nécessaire de combattre pour interdire à l'Assemblée qu'elle entérine la politique du gouvernement, et pour exiger d'elle qu'elle satisfasse les revendications des salariés.

Seule la mobilisation des masses le permet


Bien évidemment, seule la mobilisation de l'ensemble des salariés et de la jeunesse, avec leurs organisations, peut permettre, par la grève et la manifestation, de s'engager sur cette voie. Les organisations (syndicales et politiques) qui critiquent, à juste titre, la politique de Valls et de Hollande, peuvent organiser une telle mobilisation, en convoquant sans attendre des assemblées générales pour organiser la mobilisation sur cette perspective et pour leurs revendications.






Mis à jour le 03 octobre 2014


Pour nous contacter

Pour s'abonner
Mis à jour le 02 mars 2018