L'insurgé
La jeunesse est la flamme de la révolution (Karl Liebknecht)
Pour une organisation révolutionnaire
www.insurge.fr
24 juin 2010, Tract
Tract en pdf
Politique intérieure

Précarité et stages non payés pour la jeunesse, retraites concassées pour les salariés et chômage croissant pour tous

Unité pour affronter Sarkozy et son gouvernement


Une offensive globale contre la jeunesse, les travailleurs, les retraités...

L'offensive pour disloquer les retraites est au centre de l'offensive du gouvernement Sarkozy.

Mais cette offensive s'inscrit dans une politique globale qui touche l'ensemble de la jeunesse et de la population laborieuse : multiplication des contrats précaires et des stages qui fournissent de la main-d'œuvre quasi gratuite aux patrons, hausse des taxes et des impôts, diminution des postes dans l'enseignement et la santé, et attaque contre les retraites. 16 500 enseignants non remplacés cette année quand ils partent à la retraite, c'est 16 500 étudiants de plus au chômage. Deux années de travail supplémentaire pour tous les salariés avant de partir à la retraite, c'est plus d'un million de jeunes supplémentaires au chômage, et c'est plus d'un million de retraites que les patrons ne paieront pas.


Unité pour le retrait total du projet de réforme Sarkozy-Fillon-Woerth

Ce projet gouvernemental est totalement inacceptable. Il prévoit, une fois encore, de faire payer par les salariés le déficit que le gouvernement organise lui-même : d'un côté, il multiplie les exonérations de cotisations patronales, ce qui creuse le déficit, de l'autre on veut compenser ces cadeaux faits aux patrons en prolongeant l'âge de départ à la retraite des salariés et en réduisant le montant des retraites. Il faut exiger le retrait total de ce projet.


Rompre le dialogue social ; non aux « contre-propositions »

Les « concertations » auxquelles ont participé les dirigeants syndicaux, et aussi les partis (dans les groupes de travail, dans le Conseil d'Orientation des Retraites) n'ont qu'un objectif : amener tous les syndicats et partis du mouvement ouvrier à se situer sur le terrain du gouvernement. Aujourd'hui, ils demandent une autre « réforme », « d'autres financements »… Si les caisses sont en déficit, il n'y a que deux mesures à exiger : la suppression de toutes les exonérations qui ont été instaurées soi disant pour protéger l'emploi alors que cela profite aux patrons ; l'augmentation de la cotisation patronale.

Il est nécessaire de rompre le « dialogue social », en particulier sur les salaires puisque Woerth annonce leur blocage) et sur les retraites puisque ce projet n'est pas amendable ; il est nécessaire aussi de sortir du COR chargé d'assurer le suivi des « réformes ».


Unité pour chasser Sarkozy sans attendre 2012

On ne peut gagner en fixant l'objectif de se faire « entendre » de Sarkozy, en lui demandant de « changer de politique ». Il faut lui infliger une défaite politique, le battre et le chasser. L'unité doit se réaliser sur cette perspective : ce n'est qu'en s'affrontant au pouvoir que l'on pourra gagner.

Au-delà : il est vain de croire que le capitalisme en crise est compatible avec la préservation des retraites et de tous les acquis sociaux. C'est dans la perspective d'en finir avec le capitalisme que l'on doit combattre en défense des acquis arrachés dans le passé par la mobilisation.


Une exigence : le refus de payer les dettes

Tous les gouvernements mènent l'offensive contre les travailleurs et la jeunesse en expliquant qu'il faudrait payer les énormes dettes accumulées. Mais ce sont les gouvernements qui ont créé ces dettes en réduisant les impôts des banques et des entreprises, en offrant aux patrons exonérations fiscales et sociales… Puis avec la crise, ils ont multiplié les plans de « sauvetage » des banques. Les intérêts de ces emprunts enrichissent banques et rentiers.


L'unité doit se réaliser pour la dénonciation de ces dettes. Pourtant, ce n'est pas le cas, ni au PS, ni au PCF, ni au PG. Et, dans un texte commun sur la crise, signé des « organisations anticapitalistes de 18 pays d'Europe, dont le NPA pour la France, on ne dit mot de l'annulation de la dette mais on demande que l'on « impose un contrôle démocratique (sic) sur le marché » !

Dénoncer la dette est pourtant une exigence élémentaire. Elle est inséparable de celle d'expropriation des banques, sans indemnité ni rachat, de leur contrôle par les travailleurs eux-mêmes, de l'ouverture des livres de compte. C'est là une des premières décisions qu'un gouvernement des organisations ouvrières, rompant avec le capitalisme, doit prendre.

C'est notamment sur un tel mot d'ordre que peuvent se rassembler les travailleurs et les jeunes pour construire un parti véritablement révolutionnaire.

Non à la dénaturtion du "salaire différé/mutualisé"

Paradoxalement, l'un des aspects les plus dangereux du projet gouvernemental, c'est le passage qui prétend taxer un tout petit peu les contribuables les plus riches et quelques profits pour compenser le déficit des caisses de retraites. Le problème n'est pas que ces mesures soient décoratives et limitées ; c'est que ces mesures dénaturent ce que sont les retraites. Car le gouvernement et le patronat tentent par tous les moyens de faire oublier ce que sont les cotisations retraites : ce ne sont pas des « charges » c'est une partie du salaire du travailleurs.

Dans le système actuel par répartition, où le travailleur en activité finance la retraite de l'ancien salarié, cette travailleurs, indépendamment du fait qu'il fasse ou non des profits, il doit payer le salaire « différé ». on ne peut accepter qu'une partie même modeste du salaire soit soumise à la réalisation du profit.

La seule façon de faire payer le capital, cest d'exiger :

Arrêt immédiat des exonérations


Défense du code des pensions:

Selon le statut, dont le code des pensions est partie intégrante, lorsque l'État embauche un fonctionnaire, il s'engage à lui verser une pension lorsqu'il atteint l'âge de la retraite. C'est un « salaire continué ».

Vouloir aligner le public sur le privé, c'est un moyen de liquider cette obligation faite à l'État patron.

Et, jusqu'à maintenant, la « retenue » inscrite sur les feuilles de paye des fonctionnaires était fictive : il n'y a pas de caisse de retraite pour les fonctionnaires d'État et donc pas de cotisation.

Aujourd'hui, le gouvernement veut augmenter cette retenue : l'État veut ainsi récupérer une fraction du salaire des fonctionnaires qui servira à payer aux rentiers les intérêts de la dette.

On ne peut défendre les 60 ans sans revenir aux 37,5 annuités pour. une retraite à taux plein

Toutes les organisations disent défendre la retraite à 60 ans. Mais la plupart oublient de réclamer le retour aux 37,5 annuités. Or il n'y aura bientôt plus de départ possible à taux plein à 60 ans puisqu'il faut d'ores et déjà avoir cotisé 41 années.

Et la formule « retraite à taux plein à 60 ans » est hypocrite si l'on ne commence pas par dire :
retour aux 37,5 annuités !
Abrogation des décrets Balladur ; abrogation de la loi de 2003, des textes de 2007.




Mis à jour le 17 décembre 2012


Pour nous contacter

Pour s'abonner
Mis à jour le 03 octobre 2014 Mis à jour le 13 décembre 2014 Mis à jour le 14 décembre 2014 Mis à jour le 08 janvier 2015 Mis à jour le 11 janvier 2015 Mis à jour le 11 avril 2015 Mis à jour le 31 mai 2015 Mis à jour le 13 juin 2015 Mis à jour le 05 juillet 2015 Mis à jour le 15 septembre 2015 Mis à jour le 1er octobre 2015 Mis à jour le 11 octobre 2015 Mis à jour le 15 octobre 2015 Mis à jour le 12 novembre 2015 Mis à jour le 16 novembre 2015 Mis à jour le 15 janvier 2016 Mis à jour le 26 février 2016 Mis à jour le 28 février 2016 Mis à jour le 07 mars 2016 Mis à jour le 07 mars 2016 Mis à jour le 07 avril 2016 Mis à jour le 07 avril 2016 Mis à jour le 24 avril 2016 Mis à jour le 02 mai 2016 Mis à jour le 09 juin 2016 Mis à jour le 11 juin 2016 Mis à jour le 15 juin 2016 Mis à jour le 25 juillet 2016 Mis à jour le 24 septembre 2016 Mis à jour le 12 octobre 2016 Mis à jour le 15 octobre 2016 Mis à jour le 12 novembre 2016 Mis à jour le 22 janvier 2017 Mis à jour le 07 février 2017 Mis à jour le 12 avril 2017 Mis à jour le 12 avril 2017 Mis à jour le 1er mai 2017 Mis à jour le 05 juin 2017 Mis à jour le 08 juillet 2017 Mis à jour le 29 octobre 2017 Mis à jour le 16 décembre 2017 Mis à jour le 20 janvier 2018 Mis à jour le 02 mars 2018 Mis à jour le 02 mars 2018 Mis à jour le 09 mai 2018 Mis à jour le 21 mai 2018